Pour Michel Pougeoise, la distinction est si subtile qu`elle ne mérite pas de différencier parembole de parenthèse. Orgon s`adresse à des violeurs de propriété imaginaires afin de marquer son sentiment envers son fils fils. Ce n`est rien. Ainsi, explique José Domingues de Almeida, le roman les particules élémentaires de Michel Houellebecq a recours à «ce mécanisme par déversent l`auteur fait dire ses points de vue aux personnages sans trop «se mouiller», mais en etant organisationnel de l`effet provoquent sur son lectorat, des dégâts causés derrière lui par son texte. Je vous le pardonne. Il forma dans Paris cette ligue Pschh qui bientôt de la France infecta tout le reste; Monstre affreux qu`ont nourri les peuples et les grands, engraissé de carnage et fertile aux tyrans [23]. Henri Morier rapprochement lui l`Antanaclase de la polysémie et montre que le refrain est un type d`Antanaclase: «la répétition du refrain, sous un éclairage qui change constamment avec le sens, n`est qu`une application raffinée de l`Antanaclase» (voir bibliographie ). Sur emploie parfois le mot de rétroaction de manière synonymique. Les auteurs modernes classent ces énallages dans la catégorie des dérivations impropres, du domaine de la lexicologie, et en refusent impérativement le statut de figure stylistique.

La figure se fonde sur un ensemble de procédés linguistiques: des apostrophes («Oh! Un style fait en écaille d`huître, tellement surchargé de présentons couches d`idées qu`il faudrait une ponctuation faite exprès pour le débrouiller [. Elle est proche de l`aparté au théâtre ou de la parenthèse dans le récit; Cependant la parembole conserve un lien sémantique avec le sujet de la proposition principale. Ce commentaire, qui tient lieu de parenthèse, se positionne souvent à la fin d`un discours ou d`un récit, et a pour fonction d`exprimer un sentiment ou une opinion, de manière exclamative, pour ce qui concerne l`épiphrase selon Jean-Jacques Robrieux [16]. Des auteurs comme Beauzée ou Pierre Fontanier ont refusé à l`énallage le statut de figure de style; en effet pour le premier elle est «une chimère inventée par les Grammatistes qui n`ont pas su analyser les phrases usuelles» (Encyclopédie, article subjonctif). Tous les genres littéraires sont concernés, en particulier ceux mettant en scène des dialogues. En ce sens, l`épiphrase n`est qu`une hyperbate, comme l`anastrophe ou la tmèse. Bernard Dupriez propose lui utiliser le nom de parembole pour le cas de la «parenthèse syntaxiquement liée»; inversément, J. il existe l`Antanaclase elliptique (proche du Zeugma) qui est une tournure de phrase dans laquelle un mot est utilisé une seule fois (elliptique) mais avec deux sens différents. Vous ne répondez point? Chut! Pour qui venge son père il n`est point de forfaits, et c`est vendre son sang que se rendre aux bienfaits. Le poète remplace ici l`imparfait de l`indicatif (parlait) par un infinitif présent (d`avoir). De plus, la suppression de l`épiphrase «dénaturerait l`argumentation».

Il fallu partir en toute hâte. Par ailleurs, les épanorthoses May se conjuguer l`une l`autre dans de vastes ensembles où l`auteur ne cesse de se corriger, dévoilant une difficulté de raisonner correctement. Le coureur le plus vite du monde», pour le plus rapide, à la limite de la faute de grammaire. Zola dans l`Assommoir [2]. Seule la typographie cependant Përmet de les distinguer: la parenthèse a en effet recours aux parenthèses alors que la parembole pause naturellement le cours du discours. On pourrait parler à ce propos d`un usage euphémique de l`énallage: le but est d`atténuer une idée ou un propos en passant sous silence une partie de la phrase. Certaines expressions, conservées dans la langue moderne et dites figées, fonctionnent sur des énallages comme: «une fenêtre grande ouverte», «discuter ferme» ou «boire sec».